Rose s’inscrit à l’école





Rose est heureuse de poser avec son uniforme scolaire, faisant étalage de ses livres et de ses crayons à l’extérieur de sa salle de classe.

Rose montre quelques-unes des nouvelles fournitures scolaires que vous avez aidées à donner.

En Ouganda, près d’1 fille sur deux est mariée avant d’atteindre l’âge de dix-huit ans.

Mais grâce au soutien que vous apportez au projet Parce que je suis une fille, Rose âgée de 15 ans, a échappé à ce sort.

Voici son histoire :

À l’âge de 8 ans à peine, Rose a perdu ses parents, la laissant, elle et ses cinq frères et sœurs orphelins à la charge de leur oncle, chez qui ils sont allés vivre.

Rose avait de grands rêves, mais son oncle peinait à subvenir aux besoins les plus élémentaires de ses nièces et neveux, et – malheureusement – il ne voyait pas la valeur de l’instruction.

« Il me disait à quel point l’éducation est inutile et que je perdais mon temps à aller à l’école au lieu de me marier», nous confie-t-elle.

Rose s’est très vite trouvée sur une pente vertigineuse perdant le contrôle sur sa santé, ses études et la direction de sa vie. « Mon oncle a arrêté de m’apporter le moindre soutien il m’a dit que je devais prendre en charge mes propres besoins comme le savon, les serviettes hygiéniques et les fournitures scolaires, » nous dit-elle. Alors qu’elle était seulement en sixième année, Rose n’avait pas d’autres choix que d’abandonner ses études ce qui la rendait encore plus vulnérable à l’exploitation et au mariage précoce.

« J’ai commencé à occuper des emplois occasionnels, comme d’aller chercher de l’eau pour gagner un peu d’argent, mais éventuellement, j’ai fini par décrocher car je ne pouvais plus subvenir à mes besoins », nous explique-t-elle.

Et c’est là que votre intervention a fait toute la différence.

Grâce à votre contribution au projet Parce que je suis une fille, vous avez aidé Rose à ne pas passer entre les mailles du filet, mais plutôt, vous lui avez offert des options bien plus prometteuses pour le chemin qu’il lui restait à parcourir.

Avec votre appui, les leaders communautaires, les comités de gestion scolaire et l’association des parents d’élèves et des enseignants se sont impliqués activement à travers des campagnes de sensibilisation, identifiant les filles déscolarisées et faisant la promotion de l’éducation dans toute la communauté. Très rapidement, ils ont été en mesure de tendre la main à Rose pour qu’elle puisse prendre part à cette initiative.

Mme Margret, la directrice de l’école locale qui, grâce à vous, avait également suivi des ateliers de formation, adaptés aux enfants, sur les questions de genre, a pris avec ardeur la défense de Rose, l’exhortant à retourner à l’école avec l’assurance d’avoir une aide supplémentaire pour ses études.

Rose donnant fièrement la main à la directrice de l’école et à ses camarades de classe.

Ensemble, vous donnez à des femmes comme Mme Margret le pouvoir d’aider des filles comme Rose à prendre leur essor.

« Elles m’ont conseillé de retourner à l’école, en me disant qu’elles subviendraient à mes besoins », se souvient-elle avec un grand sourire.

De plus, après avoir entendu l’histoire de Rose et avoir été sensibilisé sur l’importance des droits des filles, un membre du comité de gestion scolaire a eu l’idée d’intervenir pour agir en qualité de tuteur de Rose et de ses frères et sœurs, lui donnant un environnement encore plus sûr, plus enrichissant et plus favorable à son éducation et à son épanouissement.

Rose ne tarda pas à ressentir les bienfaits d’un système de soutien solide et efficace à l’école, à la maison et dans sa communauté – mais ce n’était pas tout. Elle savait également qu’à l’autre bout du monde, il y avait une personne qui dans son coin, l’encourageait.

Rose s’est montrée à la hauteur de toutes les attentes

Grâce à votre générosité, Rose a eu la chance d’avoir un nouveau départ – plus forte que jamais. Elle a reçu une aide financière essentielle notamment une bourse d’études et des fournitures scolaires, et a été officiellement ré-inscrite à l’école, ainsi que tous ses frères et sœurs.

Rose, son frère et sa soeur à l’extérieur de leur maison.

Rose et ses frères et soeurs à l’extérieur de leur maison, prêts à commencer une nouvelle vie, ensemble.


« J’ai été choisie comme l’une des récipiendaires de la bourse d’études et l’on m’a donné des livres, des stylos, des crayons, un kit de mathématiques et un uniforme », dit-elle.

« Tout ce soutien m’a donné tellement d’espoir que cela m’a beaucoup encouragée à persévérer. Je veux poursuivre mes études jusqu’au niveau universitaire », dit-elle, déterminée à réussir. Et réussir, c’est ce qu’elle a fait.

Rose s’épanouit

Rose se tient en souriant avec la directrice de l’école, défenseure de l’éducation.

Avec votre aide, les compétences en leadership de Rose et son assurance ont monté en flèche. Maintenant, âgée de 15 ans, cette fille fonceuse et devenue un très bon modèle de rôle pour ses frères et sœurs et ses pairs, amenant une nouvelle vague de changements dirigés par des femmes.


Récemment, Rose a même été élue présidente, non seulement du conseil des élèves de son école, mais aussi, du conseil représentant tous les élèves du comté.

Prouvant qu’avec votre encouragement, des filles comme Rose, ne vont pas seulement atteindre de nouveaux objectifs : elles vont aller AU-DELÀ et les surpasser.

« Mon rêve c’est de devenir un bon leader et un médecin à l’avenir », dit-elle, maintenant en bonne voie de réussir grâce à vous et au véritable potentiel dont elle a toujours fait preuve.

« Je souhaite exprimer ma gratitude à mes enseignants et aux donateurs et donatrices au projet pour tout le soutien qu’ils m’ont accordé et qu’ils ont apporté également à mon école », dit-elle rayonnante.

« Je suis si fière de ce que je suis aujourd’hui. »

 


MERCI d’être un membre essentiel de notre mouvement Parce que je suis une fille, et de croire que des filles comme Rose méritent d’être à l’école, de faire le travail dont elles rêvent et d’aller où bon leur semble!

Voyez comment notre Journée internationale des filles a donné la chance à plus de 1 000 filles dans 60 pays de vivre l’expérience d’occuper l’emploi de leur rêve, durant une journée.