La Colombie s’élève contre l’exploitation et la violence

L’exploitation sexuelle et la violence sont d’importants problèmes en Colombie. Elles perpétuent l’inégalité de genre, et sont omniprésentes dans l’industrie du tourisme et les activités des gangs, empoisonnant la vie d’innombrables foyers.

Depuis des années, le stigmate social et la peur entourant ces importants enjeux imposent aux femmes et aux filles de souffrir en silence, en fait, plus maintenant puisque vous êtes là pour aider à surmonter les obstacles et à mettre fin à la violence.

À l’heure actuelle, votre généreux soutien est venu en aide à plus de 39 000 filles au pays, créant des communautés plus sécuritaires et aidant à faire respecter le droit inhérent à chaque fille de se protéger contre toutes formes de violence.

Voici comment vous avez encouragé des filles à exploiter leurs forces, à s’exprimer et à dire «C’EST ASSEZ».

Une foule de personnes de tous les âges défilent dans les rues de Colombie avec des bannières pour promouvoir les droits des filles.

Se mobiliser pour les droits : plus de 4 000 personnes ont pris les rues d’assaut, martelant le pavé, pancartes en mains, avec des messages comme « Je suis un mur » et « Ce qui n’a pas de prix est ce qui a de la valeur » pour combattre la traite des personnes à des fins sexuelles.

SENSIBILISATION

Plus de 10 000 membres de différentes communautés ont participé à des rencontres portant sur la prévention de la violence sexuelle, tandis que des campagnes de sensibilisation comme « Neither Bought nor Sold » (ni vendue, ni achetée) ont permis d’atteindre plus de 75 000 personnes.

« Je comprends maintenant ce que cela signifie de défendre des droits », dit une jeune femme participante enthousiaste.

Plus de 3 000 filles comprennent mieux leur droit à la sécurité, à la liberté d’expression et à l’égalité.

« Maintenant, je sais que je peux réaliser mes rêves, que les filles ne sont pas des êtres faibles et que personne n’a le droit de me faire du mal », raconte une jeune fille.

Un groupe de jeunes femmes assistent à une séance d’information dirigée par Plan.

« Nous avons réalisé que les stéréotypes de filles obéissantes et délicates contreviennent à notre droit d’exprimer notre opinion et de participer à la prise de décisions qui nous concernent », affirment deux jeunes femmes participantes.

Plus de 25 000 adolescents peuvent maintenant avoir accès à des services de santé sexuelle et reproductive.

« J’aime ce service amical, les gens nous traitent bien et nous enseignent comment prendre soin de nous », explique une jeune femme qui a maintenant accès aux ressources dont elle a besoin.

Plus de 2 000 éducateurs et fonctionnaires ont été formés à prévenir, détecter et signaler la violence sexuelle.

  « Cela nous a permis d’aborder un sujet sensible dont personne ne voulait s’occuper à cause de l’ignorance et de la peur », dit un enseignant. « Vous faites ce qui aurait dû être fait il y a longtemps : nous conscientiser sur un problème qui prend de plus en plus d’ampleur pour nos élèves, qui auparavant était jugé normal. »  

« Nous avons une responsabilité », dit un journaliste formé sur ce projet. « Ces faits ne peuvent plus être ignorés. »

INTERVENTION

Plus de 450 jeunes survivants de l’exploitation sexuelle ont été référés pour recevoir de l’aide, et le pourcentage des cas d’exploitation officiellement signalés aux institutions gouvernementales a augmenté de 40 %.

« Il est très important que ces situations soient vues et jugées comme inacceptables », explique un animateur de séance d’information. « Nous avons détecté plusieurs cas d’exploitation sexuelle, car les gens sont venus nous parler après les rencontres. »

RÉTABLISSEMENT

Plus de 700 jeunes ont reçu un soutien psychosocial d’une équipe qualifiée en santé mentale.

« J’ai aimé parler à la psychologue parce que je pouvais lui raconter tout ce que j’ai vécu, les situations difficiles auxquelles j’ai fait face et la frustration que j’ai ressentie. Elle m’a aidée à me sentir mieux et à me convaincre que je peux être heureuse », a confié une jeune fille recevant des soins à une clinique locale.

Plus de 500 filles déplacées à l’intérieur du pays se sont réinscrites dans le système éducatif.

Un groupe de filles assises prennent leur repas à l’école, pendant que l’une d’entre elles lève les yeux de la table et sourit.

« Je suis très fière de faire partie de cela », partage une adolescente.

Plus de 600 jeunes femmes ont démarré des initiatives dans le secteur entrepreneurial à l’aide d’un soutien financier.

« Je me sens plus libre. Je décide quoi faire avec mon argent et je ne dépends plus de mon mari », dit une bénéficiaire. « Nous, les femmes, nous avons changé. Nous travaillons maintenant et nous prenons des décisions », ajoute une autre.

PRÉVENTION

Plus de 40 écoles ont mis en œuvre des plans d’action pour combattre la violence fondée sur le sexe, et plus de 4 000 garçons et filles ont participé à des foires sur la paix et le renforcement de l’autonomie.

« Maintenant, les filles et les femmes sont plus respectées dans notre école et l’incidence des cas d’intimidation a diminué », raconte une élève que l’on voit participer à la création d’un environnement d’apprentissage plus sécuritaire.

« Nous réclamons l’exercice de nos droits par le théâtre et démontrons que nous, les femmes, nous sommes aussi des leaders pour le bien de tous dans la communauté », explique la dirigeante d’un club d’art dramatique récemment formé.

Des jeunes filles et des garçons se rassemblent et sourient en compagnie du personnel de Plan.

Vous donnez des moyens d’agir à une nouvelle génération prometteuse, dont ce groupe de participantes!

Plus de 4 300 jeunes ont été inscrits sur les registres de l’état civil et ont reçu des cartes d’identité.

« Avant, nous devions dire « Je suis la femme de M. X », signifiant qu'on lui appartient », raconte une femme enthousiaste de revendiquer ses droits. « Mais maintenant, les hommes reconnaissent le rôle des femmes dans la société. »

SOLIDARITÉ

Grâce à vous, des garçons et des hommes, dont le rôle est important dans le combat pour l’égalité des droits, ont pris part à des ateliers sur le sexisme.

Ils surmontent maintenant les pressions sociales en rejetant les stéréotypes qui limitent les filles et les femmes dans leur vie, et les empêchent de réaliser leur potentiel.

« Nous sommes différents, mais nos droits sont les mêmes. La différence ne justifie pas la violence », dit un adolescent qui s’oppose à la répartition rigide des rôles entre les sexes. « Les hommes ont une grande capacité d’aimer et de respecter. »

UN TOURNANT

 

« Je comprends maintenant que cela n’est pas la responsabilité des garçons et des filles, mais de nous tous : ceux qui sollicitent les enfants, ceux qui les exploitent, et surtout ceux qui font comme si de rien n’était.»
– Manuel, participant au projet; musicien de longue date, récemment activiste.

 

Bien qu’éloignés, des Canadiens et des Canadiennes soucieux comme vous ont choisi de ne pas tourner le dos à un problème troublant. Vous avez décidé de vous impliquer en poursuivant votre engagement envers les filles par l’entremise de Parce que je suis une fille.

Votre générosité a entraîné des changements majeurs dans la vie de milliers de filles dans le besoin.

Votre appui a permis de renforcer leurs systèmes de soutien et d’offrir des options pour un avenir plus prometteur. Il a fait évoluer des croyances et incité des milliers de personnes supplémentaires à faire ce qui est juste, jour après jour. Et il a transformé les possibilités des filles et leurs perspectives, et la vision qu’elles ont d’elles-mêmes.

Une fille debout devant un rassemblement à l’école durant des célébrations.

« Maintenant, je reconnais le pouvoir qu’il y a en moi », dit une jeune fille que vous avez encouragée. « Je pense plus souvent à l’égalité et je ressens le besoin de travailler fort pour que d’autres filles puissent trouver la voie qui les mènera à l’autonomisation. »

Une fille assise avec son sac d’école sourit.

MERCI du fond du cœur – de la part de toutes les filles, des familles et des communautés dont vous avez à jamais transformé la vie.

« Tout cela a été possible grâce aux donateurs », affirme une jeune participante reconnaissante. « C’est un excellent projet. Il m’apprend que je peux devenir plus forte, et aider les autres dans ma communauté; c’est un autre grand pas en avant. »

RETOUR À LA PAGE PRÉCÉDENTE

 

*Projet entrepris avec le soutien financier du gouvernement du Canada.