2017

PLAN International CANADA
revue annuelle

Three girls hugging Three girls hugging

Messages de la présidente et de la chef de la direction

Caroline Riseboro with some children in Haiti

Message de la chef de la direction

Cette année fut particulièrement marquante pour Plan International Canada. Nous avons lancé 20 millions de raisons, notre nouvelle stratégie pour stimuler un mouvement au Canada et libérer la puissance exponentielle des filles pour mettre fin à l’inégalité pour les enfants.

Nous lui donnons le nom de 20 millions de raisons parce que nous nous engageons à aider 20 millions d’enfants, les filles en particulier, à faire valoir leurs droits. En permettant aux filles d’exploiter leur potentiel, nous donnons de puissants moyens d’agir à une génération entière pour changer le monde pour tous les enfants.

Je tiens à remercier nos partenaires et nos donateurs, au nom des enfants avec qui et pour qui nous travaillons. Votre engagement transforme des communautés et défend les droits des filles partout dans le monde. Le moment n’aura jamais été aussi prometteur pour changer le cours de l’histoire pour les enfants.

Je tiens également à remercier Patsy Anderson, présidente du conseil d’administration, pour son leadership et soutien lors du développement de la stratégie. Enfin, je souhaite souligner le dévouement, l’ingéniosité et la passion de notre personnel et du conseil d’administration, lesquels sont pour moi une source constante d’inspiration.

Ensemble, nous aiderons 20 millions d’enfants, les filles en particulier, à apprendre, à diriger, à décider et à s’épanouir.

Caroline Riseboro signature

Caroline Riseboro


Patsy in the field

Message de la présidente

J’ai été honorée d’être nommée au poste de présidente du conseil d’administration de Plan International Canada plus tôt cette année, surtout à cette période charnière de l’organisation. Nous avons approuvé le plan stratégique quinquennal 20 millions de raisons au printemps, une orientation audacieuse pour Plan International Canada qui va de pair avec celle des bureaux de Plan partout dans le monde.

Cette nouvelle stratégie expose des priorités clés et favorise la mobilisation des efforts collectifs pour mener des activités qui renforceront l’organisation et son impact global à tous les niveaux.

La stratégie commence déjà à porter des fruits grâce au courageux leadership de Caroline et l’inlassable travail et dévouement de l’équipe de Plan. Vous verrez dans ce rapport que l’année qui vient de passer fut extrêmement palpitante. Avec 20 millions de raisons pour alimenter la motivation de l’organisation au cours des quatre prochaines années, je suis persuadée que les réalisations à venir seront encore plus remarquables.

Patsy Anderson Signature

Patsy Anderson

Réalisations en 2017

Voici quelques faits saillants de ce que les donateurs de Plan International partout dans le monde ont permis d’accomplir en 2017.

2017 accomplishment chart

SURVOL FINANCIER

Plan International Canada veille à ce que le maximum d’argent soit dirigé à des programmes qui viennent directement en aide aux enfants, à maintenir les coûts de gestion au plus bas niveau possible et les sommes consacrées aux programmes au niveau le plus élevé. La moyenne des coûts associés à la collecte de fonds et au fonctionnement est de 18 cents pour chaque dollar amassé, et le solde de 82 cents est remis aux programmes qui viennent en aide aux enfants, à leur famille et à leurs communautés.

TOTAL DES RECETTES AU COURS DES CINQ DERNIÈRES ANNÉES

Revenus par année financière
2017   222,9
2016   210,5
2015   202,6
2014   170,8
2013   166,5
50 100 150 200 250
(en millions de dollars)

Les recettes ont augmenté de 33,9 % au cours des cinq dernières années.

33,9 %

SOURCES DES RECETTES

 
 Parrainage d’enfants 34 %
 Subventions de l’État et autres 40 %
 Dons de biens et de services 15 %
 Apports, dons et legs 11 %
 Revenus de placement et autres revenus <1 %
100 %
Total des recettes : 222,9 M $

DÉPENSES

 
 Dépenses liées aux programmes 82 %
 Collectes de fonds 11 %
 Coûts de fonctionnement 7 %
100 %
Total des dépenses : 222,9 M $

DÉPENSES LIÉES AUX PROGRAMMES

 
 Développement et santé des mères, des nouveau-nés et des enfants 32 %
 Situations d’urgence et assistance alimentaire 11 %
 Éducation 16 %
 Sécurité économique 5 %
 Eau et assainissement 5 %
 Protection de l’enfant 4 %
 Communications du parrainage et des programmes 1 %
 Participation de l’enfant 2 %
 Santé sexuelle et reproductive 11 %
100 %
Dépenses liées aux programmes – 82 % du total des dépenses

Comment les dons aident les communautés

Plan International met en commun les contributions en appui aux enfants et les distribue à des projets de développement communautaire qui améliorent la vie des enfants. Les contributions désignées, comme les dons financiers majeurs et Coups de coeur, sont attribuées aux programmes sélectionnés par les bienfaiteurs et gérés par Plan International. Dans tous les cas, Plan International finance des projets développés en collaboration avec les membres des communautés, notamment des projets pour de nouveaux puits, écoles, cliniques de santé, secours d’urgence et projets de démarrage de petite entreprise. Nous déployons tous les efforts possibles pour créer un environnement durable dans lequel les enfants, les familles et leurs communautés peuvent prospérer.

World map of How donations reach communities

Faits saillants au Canada

Madame Trudeau with a group of young girls

Les filles prennent les commandes lors de la Journée internationale de la fille

À l’occasion du cinquième anniversaire de la Journée internationale de la fille le 11 octobre 2016, des filles provenant du Canada et de partout dans le monde se sont exprimées pour défendre leur droit à l’égalité des chances. Dans le cadre de l’initiative Girls Belong Here de Plan International Canada, des jeunes femmes ont lancé le défi à leurs dirigeants locaux et nationaux d’appuyer le renforcement de l’autonomie des filles, souhaitant établir que les filles ont leur place dans des postes de direction et de prises de décisions et qu’elles peuvent contribuer à changer les choses. Elles ont occupé les postes de plusieurs dirigeants canadiens pendant une journée, dont ceux de ministres et de députés. Plus de 250 dirigeants de 50 pays ont participé au mouvement mondial afin de démontrer que les filles, peu importe où elles sont, ont le droit d’être vues, entendues et respectées. Au Canada, des femmes dirigeantes influentes et ferventes défenseurs de l’égalité des sexes, dont Sophie Grégoire Trudeau et l’honorable Rona Ambrose, se sont également jointes aux événements pour célébrer le pouvoir et le potentiel des filles.

Le défi ‘Un filet d’espoir’ des étudiants a recueilli 150 000 $ l’année dernière

Des élèves d’un bout à l’autre du Canada ont participé encore une fois au défi ‘Un filet d’espoir’, une compétition annuelle entre des écoles à l’échelle du pays. Cette initiative vise à recueillir des fonds pour des moustiquaires de lit anti-paludisme qui sauvent des vies dans des pays d’Afrique où les taux de mortalité liée au paludisme sont les plus élevés. Il y a des enfants dans le besoin », dit Victoria, une élève de 5e année. « Beaucoup d’enfants sont touchés. Si nous pouvons améliorer leur vie en amassant de l’argent, alors nous devons le faire. » Chaque année, le paludisme tue un nombre estimé de 438 000 personnes et est la principale cause de décès chez les enfants de moins de cinq ans en Afrique, prenant la vie d’un enfant toutes les deux minutes. Depuis 2007, le défi ‘Un filet d’espoir’ a permis de protéger la vie de plus de 41 millions de personnes avec 19 millions de moustiquaires de lit. L’année dernière, les 150 000 $ recueillis par 60 écoles ont permis d’améliorer la vie de plus de 30 000 personnes. Les écoles gagnantes sont : Beaverly Elementary à Prince George, Colombie-Britannique; Father Mercredi High School à Fort McMurray, Alberta et; Langara College à Vancouver, Colombie-Britannique.

Le nombre de membres du Bureau des conférenciers bondit à 300+ jeunes qui veulent s’exprimer

Plan International Canada, avec le généreux soutien de RBC, dirige le Bureau des conférenciers, un réseau de 300 jeunes d’un bout à l’autre du Canada. Les membres âgés de 14 à 24 ans ont chacun leurs raisons de se joindre au réseau, mais ils ont tous en commun une passion pour l’avancement de l’égalité entre les sexes et des droits des filles. « Je veux que les filles soient entendues et que l’on parle du féminisme comme étant bénéfique pour tous », affirme Kishon, une participante. « Je me suis jointe au Bureau des conférenciers pour allier ma passion de l’art oratoire à la justice sociale et aider à inspirer et à motiver les jeunes », dit Amy. Des membres comme elles se réunissent chaque mois à des ateliers dirigés par des experts pour en apprendre davantage sur les enjeux auxquels les filles sont confrontées localement et dans le monde et prendre des mesures pour présenter ces enjeux à leurs communautés. Les étudiants canadiens ont besoin d’une plateforme pour exprimer leurs préoccupations sur l’inégalité entre les sexes et pour discuter de moyens d’intervention. Comme l’a dit Tiffany, membre, « Voilà ma chance de m’exprimer. »

« Nous allons changer le monde »

Vingt jeunes Canadiens de notre Bureau des conférenciers ont assisté à une formation de trois jours pour approfondir leurs connaissances sur la santé maternelle, des nouveau-nés et des enfants, plus particulièrement liées à l’inégalité entre les sexes et les droits sexuels et génésiques. Ils ont également créé des plans d’action pour instruire les membres de leur communauté sur le travail de Plan et en ont appris davantage sur leurs capacités à donner aux autres des moyens d’agir. « J’en ai appris un peu plus sur l’importance et la valeur de mes interventions », explique une participante. « J’ai beaucoup à apprendre, mais j’ai aussi beaucoup à partager. » Elle est parmi de nombreux jeunes à donner des présentations et à diriger des initiatives de sensibilisation au programme SHOW (Strengthening Health Outcomes for Women and Children/Amélioration de la santé maternelle et infantile), un programme en partenariat avec Affaires mondiales Canada qui vise à venir en aide à trois millions de personnes dans cinq pays. Après avoir participé à la formation et s’être joint à l’équipe, un jeune a dit : « Je me souviendrai de m’être senti si incroyablement bien et de croire que nous pouvons vraiment changer le monde. »

Faits saillants à l’international

Karen Jackson

Urgence : Aider les enfants syriens qui se sont enfuis vers l’Égypte

En 2017, plus de 100 000 réfugiés syriens ont été inscrits auprès des Nations Unies en Égypte. Les enfants réfugiés vivent avec leur famille dans des communautés d’accueil et essaient tant bien que mal de s’intégrer aux écoles égyptiennes où les façons de faire, le programme d'études et le dialecte arabe utilisé par les enseignants sont différents. Les réfugiés se sont enfuis de la guerre en Syrie, n’apportant presque rien et recevant peu de soutien pour s’intégrer au système scolaire. Pour aider les écoles à répondre à la situation d’urgence, Affaires mondiales Canada et Plan International ont lancé le projet « L’éducation en harmonie » pour les enfants vulnérables d’âge scolaire de la Syrie et de l’Égypte. Jusqu’à maintenant, 37 écoles ont reçu de l’ameublement et des fournitures scolaires, 260 salles de classe ont été rénovées et les enfants ont reçu des coupons pour des trousses scolaires et participé à des classes d’appoint. De plus, 620 enseignants ont reçu une formation et environ 80 % d’entre eux démontrent de meilleures connaissances pour enseigner dans un contexte qui tient compte de la dimension du genre et des conflits.

La santé des enfants s’améliore grâce à un projet d’eau potable

Le bassin récepteur de la rivière Volta fournit de la nourriture, des canaux d’irrigation et des routes de transport aux communautés du Ghana depuis des centaines d’années. Mais il y a une chose qu’il ne peut pas offrir : de l’eau potable. Malheureusement, la communauté de Volta n’avait pas d’autre choix. « Nous buvions de l’eau du lac, pollué, dans lequel les gens se lavaient et les animaux s’abreuvaient », raconte David, un membre de la communauté locale. « Nos enfants étaient souvent malades. » Avec le soutien de Plan International Canada, la communauté a voulu creuser des puits comme solution de rechange, mais a découvert que l’eau souterraine était trop salée. Refusant d’abandonner, David et ses voisins ont connecté un tuyau de six kilomètres à leur ville pour apporter de l’eau fraîche à 300 familles. La communauté a également installé six réservoirs de 5 000 litres d’eau à des endroits de circulation élevée dans la communauté. Les gens remarquent déjà une amélioration de la santé, de même qu’une réduction de la prévalence de la schistosomiase, une dangereuse maladie. La santé des enfants s’améliore.

Des projets en Bolivie sauvent la vie d’enfants

Les taux élevés de maladie et de mortalité sont bouleversants en Bolivie. Les mères et les enfants dans les régions rurales sont plus nombreux à tomber malades ou à mourir que les femmes et les enfants dans d’autres régions de l’Amérique du Sud. Les maladies, une mauvaise hygiène, de l’eau insalubre et un accès déficient à des cliniques de santé ne sont que quelques exemples des problèmes. La solution? Plan International Canada a travaillé avec des communautés dans 25 municipalités pour lancer le projet 'CAMINAS' (un acronyme pour le nom espagnol de ce projet de six ans) qui est venu en aide à plus de 36 000 femmes et 22 000 garçons et filles. Près de 3 500 professionnels de la santé et 950 fonctionnaires municipaux ont reçu une formation sur les politiques de santé et la planification participative, de même que sur l’amélioration de la sécurité alimentaire, la nutrition et les services d’approvisionnement d’eau et d’hygiène publique. Le résultat : réduction des maladies et des décès pour des dizaines de milliers de personnes en Bolivie.

Des jeunes femmes démarrent SaniMart, une entreprise d’articles d’hygiène féminine

De récents sondages au Bangladesh ont révélé que 80 pour cent des adolescentes et des femmes utilisent de vieux chiffons en guise de serviettes hygiéniques durant leurs menstruations. « La plupart des femmes dans notre village ne sont pas à l’aise d’acheter des serviettes hygiéniques dans les magasins », explique Lucky, une femme entrepreneure.
« Les commis sont des hommes, ce qui est embarrassant pour les femmes. » Au Bangladesh, les normes inégales en matière de relations entre les sexes et les tabous culturels entourant les menstruations continuent d’oppresser les femmes et les filles, les exposant à des risques pour la santé et les plaçant dans une situation désavantageuse, notamment lorsqu’elles veulent se procurer des articles d’hygiène. Avec le soutien de Plan International et de l’UNICEF, Lucky et 15 adolescentes ont démarré une petite entreprise qui fabrique maintenant 4 000 serviettes hygiéniques par mois. Elles les vendent à 160 écoles, pharmacies, cliniques et boutiques, tout en favorisant une plus grande sensibilisation à l’hygiène. « Nous espérons qu’un jour, notre petite initiative se transformera en une grande entreprise », dit Lucky. Nous l’espérons aussi en raison des bienfaits pour la santé et des retombées socioéconomiques positives pour les femmes de sa région.

Girl holding up a girls are not brides sign

Enfants et mariées? Les briseuses de mariages aident des filles à éviter le mariage forcé

Anna* ne voulait pas se marier avant l’âge de 18 ans – elle voulait poursuivre ses études – mais ses parents avaient d’autres projets pour elle. Il en est souvent ainsi dans des parties du Bangladesh où plus de la moitié des femmes se marient avant l’âge de 18 ans. Anna en a parlé à un enseignant et au groupe local de briseuses de mariages. « Mes enseignants et les briseuses de mariages sont venus à la maison et ont eu une grande discussion avec mes parents », raconte Anna. Ils les ont convaincus d’arrêter les plans de mariage et Anna est retournée en classe. Le mariage d’enfants prive les filles de leur enfance, les empêche d’avoir accès à des possibilités de gagner leur vie, menace leur santé et accroît les risques de violence fondée sur le sexe. Plan International a appuyé 28 groupes de briseuses de mariages, visant à faire participer les jeunes pour mettre fin aux mariages d’enfants dans leur communauté.

La République dominicaine, le Guatemala, le Honduras, l’Inde et le Malawi ont récemment fixé l’âge minimal du mariage à 18 ans.

*Nom fictif

Égalité + éducation = plus de filles à l’école

Au Mali, seulement 70 pour cent des enfants sont inscrits à l’école, et comme c’est le cas dans plusieurs autres régions pauvres, plus de filles que de garçons sont laissées pour compte : à peine 20 pour cent des femmes maliennes savent lire et écrire comparativement à 43 pour cent des hommes. Il y a quelques années, Plan International Canada s’est associée au gouvernement du Canada et à un consortium d’organisations non gouvernementales pour lancer un projet d’éducation de grande envergure. Nous sommes heureux de rendre compte que 279 salles de classe ont été construites ou rénovées, avec des systèmes d’approvisionnement d’eau potable, des toilettes et près de 120 cantines qui offrent des repas sains à plus de 30 000 élèves. Et les barrières qui empêchent les filles de terminer leurs études s’effondrent, grâce à la formation des enseignants sur l’égalité entre les sexes, à la coopération des dirigeants locaux et à une série de campagnes à la radio et d'activités communautaires diverses qui sensibilisent à l’égalité et à l’éducation.

La participation des enfants:des émissions à la radio pour faire entendre la voix des filles

Dans le cadre de notre parrainage communautaire à Volta au Ghana, 1 650 jeunes dans 33 écoles ont participé à des clubs 'Rights of the Child' (droits de l’enfant), lesquels se consacrent à l’alphabétisation, des émissions de radio et autres initiatives dirigées par les enfants. Plan International Canada est d’avis que mettre fin à l’inégalité entre les sexes permet non seulement d’améliorer les mauvaises conditions auxquelles les filles sont confrontées, mais également leur statut social. Exprimer leurs opinions librement en public figure parmi les moyens. Par exemple, Anita a appris à lire à son club. Shine aide à diriger un programme d’émissions à la radio dans un autre club. Peace, une superviseure d’un club, a été éblouie par la croissance de son club : « Par l’entremise d’émissions, de compétitions de lecture et de jeux, le club est devenu plus actif. » Plus particulièrement, les programmes d’émissions à la radio du club, suivis par 10 000 auditeurs locaux, ont permis aux enfants de parler d’enjeux qui sont importants pour eux. « Les efforts entraînent des changements », a dit Shine.

Renforcement de l’autonomie et emploi pour les jeunes

Au Burkina Faso, 65 pour cent de la population est âgée de moins de 25 ans. Les études démontrent que seul un quart de cette population est susceptible d’obtenir un emploi stable au cours de la prochaine décennie. Souhaitant améliorer les possibilités d’emploi, Plan International Canada a collaboré avec la compagnie minière IAMGOLD et le gouvernement du Canada pour accroître le perfectionnement des aptitudes professionnelles et les possibilités d’emploi. Six ans plus tard, le projet a amélioré l’infrastructure et le programme d’études de 24 centres techniques pour plus de 2 900 jeunes, une augmentation importante des inscriptions. De plus, au cours de la cinquième année seulement, 107 jeunes ont dit avoir trouvé un emploi, 373 se sont inscrits à des stages de formation et 330 ont participé à des salons de l’emploi. Mais l’une des plus grandes réussites est celle de la construction et de la rénovation de 13 centres techniques, tous dotés d’électricité, d’installations d’eau potable, de services de garde et d’enseignants qualifiés pour donner des cours, entre autres, sur le travail du bois, la plomberie, la transformation des métaux, la mécanique et la couture.

Young women working in a milk centre

Une jeune femme économiquement autonome

Um-e-Habiba est une jeune femme qui a commencé à travailler dans un centre de collecte du lait que Plan International a aidé à établir pour une coopérative de fermiers à Vehari au Pakistan. Avant d’obtenir ce poste, elle a suivi une formation de technicienne du lait, laquelle fut organisée par Plan. Ce type de formation est sans précédent dans les régions rurales du Pakistan où la main-d’œuvre du secteur laitier est composée de plus de 90% de femmes, dont presque la totalité n’est pas rémunérée ni reconnue. Mis en place en collaboration avec Affaires mondiales Canada, le projet vient en aide à plus de 9 100 femmes et 3 000 hommes, tout en sensibilisant à l’égalité des sexes et favorisant la création d’un plus grand nombre de liens directs entre les femmes fermières et un marché plus vaste. Pour de tels projets, menés dans plusieurs pays, notre objectif global est de parvenir à un monde où les femmes et les hommes, les filles et les garçons, sont appelés à unir leurs forces et non pas à les utiliser l’un contre l’autre. Um-e-Habiba est devenue un modèle d’autonomie économique pour les autres femmes dans sa communauté.

Des hommes se portent à la défense de cliniques de maternité pour les mères

À Kita, au Mali, environ la moitié des naissances se produisent dans les maisons sans l’aide d’un travailleur de la santé.

En savoir plus

Une bourse d’études lui permet de rêver

Depuis le décès de son mari il y a cinq ans, Onxai élève seule ses deux filles dans le district de Nga au Laos, travaillant dans des fermes et vendant du riz et du maïs pour payer l’éducation de ses filles.

En savoir plus

Des hommes se portent à la défense de cliniques de maternité pour les mères

À Kita, au Mali, environ la moitié des naissances se produisent dans les maisons sans l’aide d’un travailleur de la santé. Ce problème provient d’une pénurie de cliniques de santé dans les régions rurales. Pour y répondre, Plan International a collaboré avec la communauté de Kita pour bâtir et équiper deux nouvelles cliniques de maternité. « La maternité a permis de réduire les dépenses parce que nous n’avons pas à payer le transport pour nous rendre ailleurs, en plus des médicaments pour les traitements », explique Karim, père de quatre filles. « Les cliniques sauvent aussi des vies. Quand j’ai appris que ce projet nous aidera à résoudre des problèmes de santé pour les femmes et les enfants, j’ai décidé de m’impliquer à fond », raconte Modibo, président du Comité de santé au Kita. De plus, 12 travailleurs de la santé ont été formés pour diriger des discussions sur la santé auprès de plus de 50 membres de la communauté. Modibo et Karim font partie des hommes qui se portent à la défense de la santé des mères et des enfants. « Des naissances sans aide deviennent de plus en plus rares dans notre communauté », dit Modibo.

Une bourse d’études lui permet de rêver

Depuis le décès de son mari il y a cinq ans, Onxai élève seule ses deux filles dans le district de Nga au Laos, travaillant dans des fermes et vendant du riz et du maïs pour payer l’éducation de ses filles. « Je suis la mère et le père, et c’est parfois très difficile d’accomplir toutes ces tâches », raconte-t-elle. Plan International Canada a fait équipe avec la communauté pour distribuer des bourses d’études à des familles comme celle d’Onxai, et pour former les enseignants, installer des systèmes d’approvisionnement d’eau potable et promouvoir l’égalité entre les sexes et l’éducation des filles. La première fille d’Onxai a reçu une bourse d’études pour se procurer un uniforme scolaire, des fournitures pour l’école et d’autres articles essentiels. Environ 62 millions de filles dans le monde ne vont pas à l’école, en partie à cause de la pauvreté, mais aussi à cause des normes bien installées en matière de relations entre les sexes et des relations inégales de pouvoir qui entravent les droits fondamentaux et la liberté des filles. « Ces bourses d’études sont extrêmement utiles », dit Onxai. « Elles sont très importantes pour les familles pauvres qui n’ont pas les moyens de payer les frais scolaires. » Sa fille peut maintenant rêver de devenir médecin.

généreux Donateurs

Un homme qui inspire les autres à donner

Il sait que la vie a été bonne pour lui. Gary Charlwood, homme d’affaires prospère de Vancouver, vient en aide aux enfants dans le monde parce qu’il veut partager ce ‘privilège’. Le partenariat qu’il entretient avec Plan International Canada depuis 30 ans démontre que les Canadiens peuvent aider à mettre fin à la pauvreté dans le monde et sauver la planète. Il croit en notre philosophie de s’attaquer aux racines des causes de la pauvreté et de l’inégalité entre les sexes. L’engagement philanthropique de Gary nourrit l’espoir et offre des possibilités aux enfants, les filles en particulier. Il connaît les enjeux d’inégalité dans le monde et sait combien nous avons de la chance de vivre au Canada. Son appui aux enfants s’est manifesté par des contributions à notre mouvement Parce que je suis une fille, à des demandes d’intervention d’urgence et à des projets spéciaux, personnellement et en partenariat avec Uniglobe de la Fondation Laurie Radloff, dont le parrainage de plusieurs communautés en Amérique du Sud au cours de la dernière décennie. « La vie a été bonne pour moi et les miens », dit-il. « Je peux aider et donner me fait chaud au coeur. »

Gary Charlwood

GéNéREUX PARTENAIRES CANADIENS Canadian flag

208, 743

Particuliers

302

écoles

460

entreprises et Sociétés

3, 297

Groupes et organisations communautaires

85

Fondations

300+

membres du Bureau des conférenciers

57

legs

17

Ambassadeurs de renom
Nombre total de donateurs du Canada : 213, 261

Nos généreux partenaires

Grâce à ces généreux partenaires, Plan International Canada réalise de grands progrès dans l’avancement des droits des enfants et de l’égalité pour les filles. Nous les remercions chaleureusement pour leur formidable appui.

Global affairs Canada
Affaires mondiales Canada
» Visiter le site
Dubai cares
Dubai cares
» Visiter le site
Educate a child
Educate a child
» Visiter le site
Global Sanitation Fund
Global Sanitation Fund
» Visiter le site
World food program
World Food programme (WFP)
» Visiter le site

» Projets en partenariat d'Affaires mondiales Canada

Regarder vers l’avant

20 million de raisons

Nous traversons une période extraordinaire de la vie. Mais malgré toutes les avancées dans le monde, un grand nombre de personnes tirent de l’arrière. Parmi ces gens, des enfants - des filles en particulier - sont de loin les plus vulnérables. Privées de leurs droits de la personne fondamentaux, des millions de filles se voient refuser l’accès à une éducation et sont forcées de se marier alors qu’elles ne sont que des enfants.

Plan International Canada s’est dotée d’une nouvelle stratégie audacieuse pour aider 20 millions d’enfants à exploiter leur potentiel d’ici 2022. Respectée pour son approche inclusive, durable et fondée sur des faits probants pour améliorer la vie des enfants, Plan International a des preuves incontestables que lorsqu’une fille est instruite, elle peut se sortir, et tous ceux qui l’entourent, de la pauvreté. Ensemble, libérons le potentiel humain en créant un monde plus juste pour les garçons et les filles.