De jeunes délégués de tous les états membres du G7 se rassemblent à Ottawa pour un sommet des jeunes (Y7)


Le 13 avril 2018 (TORONTO, ON) – Le Sommet Y7, une rencontre de jeunes délégués de tous les États membres du G7, se tiendra à Ottawa du 16 au 18 avril prochain dans une effort d’influencer les décideurs politiques mondiaux en vue du G7. Les délégués focaliseront sur trois thèmes: les changements climatiques et l'environnement, l'avenir du travail ainsi que sur l'égalité entre les sexes. Au cours du sommet, ils élaboreront des recommandations qui seront présentées aux dirigeants du G7.

Afin de façonner le travail des délégués et de les assister à formuler les recommandations, des représentants de l'initiative Les Jeunes pour l’égalité des sexes (JES) participeront également à la Plénière d’ouverture du Sommet Y7. Ces jeunes, de partout au Canada, partageront avec les délégués du Sommet les résultats préliminaires des dialogues tenus par JES. Ces résultats reflètent les réalités et les problèmes auxquels font face les adolescents et les jeunes adultes de partout au Canada.

Les Jeunes pour l’égalité des sexes est une initiative innovante, dirigée par des jeunes supportés par Plan International Canada, la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants ainsi qu’un réseau de 18 organisations de la société civile visant à assurer que le Canada et la communauté internationale tiennent les promesses fixées par les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies, notamment l’Objectif 5 sur l’égalité des sexes d'ici 2030.

La première phase de l'initiative a consisté en une série de dialogues menés par des jeunes dans tout le pays. Les dialogues étaient axés sur la meilleure façon de lutter contre les inégalités entre les sexes au pays et à l'étranger. L'un de ces dialogues pilotes a été animé par Pablo Mhanna-Sandoval, Président de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne et présentateur à la séance plénière des intervenants du Sommet Y7.

Pablo Mhanna-Sandoval a animé l'un de ces dialogues pilotes avec des étudiantes francophones de la région d’Ottawa:

« La jeunesse est fondamentale dans tout processus de résolution de problématique sociétale. D'après ce que j'ai eu le plaisir de constater, les jeunes canadien.nne.s sont prêt.e.s et à la tâche pour trouver des solutions à des défis en trait à l'égalité des sexes. Ils et elles ont su explorer et analyser leurs expériences personnelles et écouter à leurs camarades lors de discussions portant sur plusieurs facettes de cette problématique, notamment l'accès aux services, à l'éducation ainsi qu'à des espaces inclusifs. J'attends avec impatience l'opportunité de me rassembler avec davantage de jeunes de partout au Canada pour continuer ce dialogue et travailler vers des solutions. »

Après cette première phase pilote et un exercice national de cartographie de la localisation, l'initiative Les jeunes pour l’égalité des sexes lancera sa deuxième phase au cours de l'année prochaine. De jeunes canadiens et canadiennes auront de nouveau l’opportunité d'animer et de participer dans des conversations pour discuter des solutions potentielles pour atteindre l’égalité des sexes, avec d'autres jeunes dans des endroits choisis partout au pays. Les idées et les solutions recueillies permettront de formuler des recommandations sur la meilleure façon pour le Canada de promouvoir l'égalité entre les sexes à l'échelle mondiale, nationale et locale.

Afin de s'assurer que Les jeunes pour l’égalité des sexes saisisse toute une gamme de jeunes représentant fidèlement la diversité du Canada, l'initiative est toujours à la recherche de partenariats additionnels avec d'autres organismes dédiés à amplifier la voix des jeunes et à atteindre l'égalité des sexes.

À PROPOS DE L’INITIATIVE LES JEUNES POUR L’ÉGALITÉ DES SEXES

En 2015, lors du Sommet des Nations Unies sur le développement durable, les chefs d'État ont adopté un nouveau programme de développement durable, articulé autour de 17 objectifs de développement durable (ODD), incluant l’Objectif 5 : parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles. L’Objectif 5 aura servi de bases aux jeunes et aux organisations de soutien pour commencer à travailler sur un plan de mise en œuvre des ODD sur l'égalité des sexes. Pour ce faire, Plan International Canada et la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants s'associent à des partenaires partageant les mêmes idéaux pour offrir aux participants et participantes un espace sécuritaire où se réunir, partager leurs expériences et concentrerleur attention sur la réalisation de l'ODD5 au Canada et à l'étranger.

En partenariat avec: 360ºkids, Alberta Council for Global Cooperation, le Conseil atlantique pour la coopération internationale, le Centre canadien pour le genre et la diversité sexuelle, la Fondation pour l'intendance environnementale, les Guides du Canada, Girls Inc., la Fondation Jays Care, NextGenMen, le Conseil jeunesse du premier ministre, Right To Play, l’École secondaire Sandalwood Heights, Ruban blanc, Vision mondiale Canada, le Conseil consultatif jeunesse de Plan International Canada ainsi que les conseillers techniques: la Fondation pour la gestion de l'environnement, le Groupe de travail sur l'éducation relative aux objectifs de développement durable, Raising the Roof et Save the Children.

Au sujet de Plan International Canada et de l’initiative Parce que je suis une fille

Fondé en 1937, Plan International est l’un des plus vieux et des plus importants organismes de développement international au monde, travaillant en partenariat avec des millions de personnes dans le but de mettre fin à la pauvreté. Organisme à but non lucratif indépendant et accueillant toutes les confessions et cultures, Plan International lutte pour un monde plus juste qui préconise les droits des enfants et l’égalité pour les filles. Parce que je suis une fille est le mouvement international de Plan International pour transformer les relations de pouvoir pour que les filles partout puissent apprendre, diriger, décider et prospérer.

Consultez les sites plancanada.ca et becauseiamagirl.ca pour en savoir plus.

À PROPOS DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTS

Fondée en 1920, la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) est une organisation sans but lucratif et une alliance nationale d’organisations Membres provinciales et territoriales qui représentent plus de 238 000 enseignantes et enseignants de tout le Canada. La FCE adhère également à l’Internationale de l'Éducation.

Une grande partie du travail de justice sociale de la FCE à l’échelle nationale et internationale favorise l’équité entre les sexes en éducation. La FCE fait porter ses travaux sur le genre, l'équité, la condition des femmes et des filles, l’écart de genre en éducation, l'identité sexuelle et l'orientation sexuelle, entre autres.

Personne-ressource pour les médias:

Leah Siversky,
Plan International Canada
T: +1 416-920-1654 ext. 361
lsiversky@plancanada.ca