Rapports Parce que je suis une filles

Les droits des filles : un travail inachevé

Le rapport 2015 présente des points de vue de personnes issues des quatre coins du globe sur la situation actuelle des filles dans le monde et sur le travail inachevé en matière des droits des filles. Des journalistes, poètes, politiciens, militants, chefs d’entreprise, économistes et universitaires ont contribué à ce rapport, ne partageant pas toujours les mêmes opinions, mais permettant de saisir l’opposition comme la discussion, l’optimisme comme le pessimisme.

Page couverture du résumé du rapport

Plusieurs contributeurs considèrent les prochaines années comme cruciales pour amorcer la transformation requise afin de voir l’aboutissement de tous les efforts déployés pour faire avancer la cause des droits des filles et des femmes.

Des raisons de célébrer

Des progrès prometteurs ont été réalisés dans le travail visant à améliorer la vie des filles et des femmes partout dans le monde au cours des 20 années qui se sont écoulées depuis la Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes à Beijing :

  • Des millions de morts infantiles ont été évitées grâce aux progrès de l’éducation des femmes dans le monde.
  • Davantage de constitutions et de cadres juridiques se préoccupent des femmes.
  • Moins de mères meurent lors de l’accouchement aujourd’hui qu’à toute autre période de l’histoire; le taux de mortalité maternelle a diminué de presque 50 pour cent depuis 1990.
  • Plus de filles sont inscrites à l’école primaire que jamais auparavant.
  • Les adolescentes, en particulier, ont attiré une plus grande attention au cours des dernières années au sein de la communauté de développement international.

Alors que des enjeux complexes tels que le mariage des enfants, précoce et forcé, la mutilation des organes génitaux féminins et la violence fondée sur le genre sont de plus en plus reconnus en tant qu’obstacles au bien-être et à la réduction de la pauvreté, les gouvernements, la société civile et le secteur privé allouent des ressources et ciblent leurs politiques pour lutter contre ces violations.

Il reste encore du travail à faire

Avec l’adoption des objectifs en matière de développement durable en septembre 2015, le monde a l’occasion unique de se mobiliser et d’intégrer la transformation des rapports hommes-femmes dans les structures sous-jacentes de notre société.

Avec un plus grand consensus sur les avantages économiques du renforcement de l’autonomie des femmes et des filles, la mise en œuvre du nouvel agenda de développement doit faire le lien entre la pauvreté, l’inégalité fondée sur le genre, l’exclusion et l’injustice. Reconnaître et s’attaquer à ce lien est essentiel pour l’accomplissement d’un développement durable et éthique dans toutes les sociétés et communautés.

Lire le rapport intégral